Voyage voyage

Premier article sur ce blog! Grande pression pour cette nouvelle aventure... Afin d'ouvrir le bal sur mon nouveau média qui sera entièrement consacré aux escape games, j'ai décidé de vous parler du petit dernier à Bordeaux. Et pourtant pas des moindres. Je vous invite donc à découvrir mon avis sur Le Passage et sa salle La lettre d'Einstein.

Fraîchement débarqué en juin, le sujet de la salle entre science et histoire m'a tout de suite attirée, faisant résonance à mon métier d'origine. Enfin c'était ma déduction en voyant le nom: La lettre d'Einstein. Et c'est vraiment ce que je souhaitais retrouver dans le jeu, j'espérais qu'on me parle d'Histoire avec un grand H et voir des équations à la E=MC2. Oui, j'ai toujours tendance à m'imaginer plein de trucs en lisant les synopsis des salles ou alors à me faire de films. C'est à double tranchant mais j'y peux rien mon imagination divague toujours. C'est une déformation professionnelle! Autres déformations dues à mon métier: être très critique et poser beaucoup de questions.

Au final, c'est pas si mal quand on teste des escape games et qu'on tient un blog. Mais trêve de divagations... Il faut peut-être commencer à parler du Passage. Cet escape game... Non non je reprends!


Le Passage est en fait un bar très joliment décoré (mais là ce n'est pas encore notre sujet). Durant les travaux, les deux propriétaires Stéphane et Quentin ont découvert un dédale de galeries remplies de mystères grâce ou à cause - c'est à vous de voir! - d'un mauvais coup de masse. Mais tout bon scientifique ou cuisinier vous diront que de la maladresse de grandes découvertes sont nées. La pénicilline, le téléphone tout comme la tarte tatin sont là pour en témoigner! Wikipédia ou Google peuvent abreuver ta curiosité à ce sujet puisqu'il est temps de revenir à notre sujet principal: le test de salle La lettre d'Einstein.

Voyant ce passage qui s'ouvrait à eux, nos deux comparses ont décidé de faire ce qui déroge à toutes règles de bon sens mais qui s'applique dans tous les mauvais films d'horreur concernant les personnages partis trop tôt: ils ont décidé d'aller voir. Ne jamais, au grand jamais faire ça si vous voulez rester en vie. Poussés par un inconscient déraisonné, une curiosité démentielle et le précepte du grand Buzz l'éclair « To infinity, and beyond ! » - va savoir -, ils ont découvert une étrange machine et une vidéo toute aussi inquiétante. 


La lettre d’Einstein
Tout au fond d’une galerie, nous avons découvert une étrange machine. À travers une vidéo inquiétante, son créateur nous demande de terminer sa mission : démarrer sa machine pour remonter le temps et changer le cours de l’histoire.


Mi-ingénieurs, mi-game masters, mais certainement scientifiques fous à 100%, ils ont décidé de laisser l'utilisation à qui bon le voudra. Altruisme poussé à son paroxysme ou encore une fois absence de bon sens, il vous suffit donc d'un clic pour venir tester cette machine à remonter  le temps et ce même si vous jurez solennellement que vos intentions sont mauvaises. Mais j'en conviens le bon sens n'a jamais fait bon scenario cinématographique.

Puisque mon bon sens était également aux abonnés absents et aussi parce que mon ego m'a dit que tel Jonh Maclane je pourrais sauver le monde à moi toute seule, j'ai décidé moi aussi d'aller voir ce que réservait ce mystérieux passage. Non rectification, c'est toute l'équipe qui sauvera le Monde! Ne nous remerciez pas pour cette tâche, cela nous fait plaisir! C'est une broutille dans un notre quotidien...

 

3, 2, 1... Immersion!


Qui n'a jamais rêvé d'utiliser une machine à remonter le temps et de jouer à Retour vers le futur en "vrai". Autant te dire que chez moi l'attente était grande. Par contre, une partie de mon équipe ne savait absolument rien sur le lieu et la salle qui l'attendait. A part le nom, je n'avais rien dit. Cela a donc était une découverte totale. La surprise était là et elle a bien fonctionné. Et ce n'est pas plus mal car l'immersion commence dès que vous avez passé la porte. Dès l'annonce de la mission, j'ai vu les sourires se hisser sur les visages. Mes comparses sont tous aussi adeptes de bons scenarii que moi. 

Si vous aussi vous osez passer cette porte et peu importe vos raisons (mais bon on a déjà sauvé le monde, rappelez-vous!), vous serez accueillis par Stéphane et/ ou Quentin dans le joli lieu qu'ils ont agencé. Plutôt dans la tendance industrielle où le bois se mêle au métal et aux canapés club, mais quand même avec l'incontournable plante grasse du moment (aka la meilleure amie des instagrameuses). Le bar est hyper chaleureux avec ce mélange de matières. Point trop n'en faut pour rendre l'endroit cosy et avoir envie de s'affaler dans les canapés. Le fameux passage se dessine en fond, laissant les mystères et compagnie planés par les portes que l'on entrevoit. La masse a quant à elle été gardée et trouve sa place en tant que trophée de "l'erreur peut avoir du bon" (sujet du prochain Bac de philo, vous avez 4h). Si le cadeau du record de la salle pouvait être repartir avec les canapés et les luminaires, je re-signe direct pour ce voyage spatio-temporel.

Petite présentation de rigueur, brief immersif sur le lieu, visionnage de la vidéo qui n'est point un détail et puis c'est parti notre aventure était lancée. Une seule question me taraude encore. Mais qu'est-ce qui pousse tous les proprios d'escape game à nous gaver de bonbons avant d'aller tester leur salle. Autant aller direct' dans la chocolaterie pour bouffer tous les Oompa Loompa avec ce gavage intempestif de sucre blanc!

Allez bon, j'avoue tout. J'ai été un peu déconcertée au départ puisqu'en tant que game master je m'attendais à ce qu'on me donne quelques consignes de sécurité avant d'entrer dans la salle. Hormis le "pas besoin de forcer" dès plus habituel et logique, il n'y a eu aucune consigne. Et quand j'ai posé la question, on m'a cassé par un "tu verras bien". Effectivement, ne vous posez pas trop de questions. Moi je sais que je pose trop de questions, alors ne faites pas cette erreur. Laissez vous porter par l'histoire qu'on vous propose. Et en plus, ce n'est pas plus mal car cela participe encore plus à l'immersion. Aucun warning pour vous couper de l'histoire. En fait il n'y rien qui vous sortira de cette histoire, tout a été fait pour que cela soit "crédible". Les guillemets sont là comme une bonne dose de relativisme. Oui, ce n'est pas la réalité mais bon ça ne fait pas trop de mal d'y croire un peu pendant l'heure de jeu.

Tiens une affirmation approximative puisqu' ici la partie se joue en 70 minutes. Du coup, vous disposez d'une heure dix pour réussir votre mission. Oui cette traduction était indispensable! C'est cadeau pour les allergiques aux chiffres. Il va falloir traiter ça d'urgence puisque vous vous renseignez sur une salle dont le nom même contient celui d'un des plus grands savant du XXème siècle.


Création pour maître mot


Le voyage dans le temps n'est pas particulièrement un thème original mais sa façon de l'aborder au Passage est tout à fait singulière.  A ma connaissance, il n'existe pas d'autres salles sur ce genre de thème à Bordeaux. Bien que le thème du voyage dans le temps soit évoqué dans d'autres lieux, il n'y pas d'application poussée de cela. On nous dit en général que l'on va remonter le temps, on passe une porte pour arriver à l'année escomptée et puis voilà pas vraiment d'effets. Avec le synopsis de La lettre d'Einstein, on comprend que très vite que pour arriver à faire notre mission, il va falloir démarrer une machine. Voici tout l'originalité du stratagème: intégrer la machine au défi. C'est pourquoi je dis qu'il n'y a pas d'autre salle comme celle-ci à Bordeaux. Mais bon La lettre d'Einstein regorge d'originalité et d'ingéniosité. Si ce détail vous plaît, vous ne serez pas en reste avec le reste de la salle justement.

Du point de vue de l'immersion, l'étape de la machine c'est la Bonne idée. Cela ajoute du "réalisme" à cette aventure si particulière. Je le rappelle, on nous propose de changer le cours de l'Histoire. Tout bon fan du Doc vous dira que c'est une aventure folle mais que le continuum espace-temps est quelque chose de fragile. D'ailleurs nos théories allaient bon train avant de rentrer dans la salle. Certaines se sont vérifiées au cours du jeu. Du coup, je crois qu'on est prêt pour pondre le prochain scenar' qui décrochera l'ours de Berlin.

Pour vous parler de la grande ingéniosité de cette salle. Il suffit de parler de certains détails ou plutôt de l'absence de ces détails. Tout est crédible dans cette salle en terme de décoration. C'est donc pourquoi beaucoup de conventions d'escape game ne s'appliquent pas ici. Point de cadenas, point de rubans adhésifs rouges pour vous dire de ne pas toucher, de ne pas ouvrir. Il n'y a aucun de ces indicateurs que les dévoreurs de salles ne connaissent que trop bien et qui leur rappellent que l'on est dans un décor fabriqué et qu'une énigme est pas loin.

J'applaudis vraiment le décor dont chaque détail a été mûrement pensé. Tout comme le bar, il n'y a pas de superflu. Finalement la salle paraît presque épurée quand on y réfléchit. Tout élément a une place comme dans une équation d'Einstein, mais peut-être pas sa bonne place au départ.  En tout cas, il y a tout ce qu'il faut pour passer un bon moment. Ce décor est encore plus impressionnant quand on sait que ceux sont Stéphane et Quentin eux même qui ont tous conçus. Chapeau, les artistes! Pas étonnant que la conception soit ce qu'ils préfèrent, c'est définitivement leur gros point fort.

Avec ce décor très bien cadré, la fouille est réduite à son minimum; ce qui compte ici c'est vôtre sens de l'observation et de la réflexion. Cela peut-être un avantage comme un inconvénient. C'est vrai qu'à force de faire des escape games, on finit par avoir des habitudes: 1.fouille complète de la salle, 2. réflexion, 3. répartition des tâches. Là les codes sont "bousculés" puisqu'une étape va sauter. De plus en plus d'escape games prennent ce parti, enlever la fouille, les cadenas, essayer d'être sur la réflexion et une histoire crédible. 

L'autre réussite de la Lettre d'Einstein,  c'est le scenario et son imbrication avec le décor.  Le fil conducteur, sa logique et ses surprises, tout est bien ficelé. Ce n'est pas tous les jours que vous propose de réaliser l'Histoire, enfin de jouer avec elle. Je pense que la salle aurait pu fonctionner sans le côté historique mais gageons que cela aurait moins intéressant, vu que la partie de l'histoire évoquée n'est pas un détail. En effet le projet Manhattan a toujours de répercussions à notre époque.

Difficile pour moi de parler de La lettre d'Einstein sans trop vous en dire. C'est le même refrain dès qu'on parle d'escape games. On parle, on écrit mais on ne peut rien dire. C'est à se demander pourquoi en parler! Regarder ce cercle vicieux comme une boucle de looper interminable! Et pourtant c'est une salle pour laquelle j'aurais très envie de vous en dire plus, mais cela gâcherait l'aventure qui vous attend. Comme tout bon film, aucun spoil ne doit filtrer. Je peux juste vous dire que dans bien des escape games je suis déçue de la fin. Souvent je trouve qu'il y un déséquilibre entre un début de jeu époustouflant et une fin un peu en soufflé qui retombe. Impossible que ça arrive ici, vous êtes tenus en haleine jusqu'à la fin. Et je défie quiconque de ne pas être surpris et de ne pas pousser un "trop cool" si vous êtes polis, un "What the Fuck" si vous êtes moins polis, ou une "idée de génie" si vous voulez flatter. En tout cas, vous ne pourrez que vous inclinez devant cette ingéniosité. Bref, l'histoire de La lettre d'Einstein est tel un bon scenario qui se savoure sans pop corn malheureusement. Oui vous aurez besoin de vos mains pour faire autre chose que dévorer du maïs soufflé. Par contre à l'inverse des bons films, impossible de se refaire un visionnage de la salle.

Même si mon petit plaisir a été d'accéder à l'envers du décor. Je remercie beaucoup Stéphane et Quentin de m'avoir donner accès aux coulisses, pour leurs explications, pour leur temps, et surtout pour avoir supporté toutes mes questions.

S'il y a un défaut que je pourrais faire hormis deux trois incohérences assumées et révélées par les créateurs eux-mêmes, c'est l’interaction entre le game master et les joueurs. Si le concept de la machine est plutôt bon et cohérent, le reproche que je lui fais est d'avoir un peu de retard sur ce qu'on dit mais aussi peut-être de ne pas assez jouer avec ce qu'on dit. Une petite touche d'humour ou d'ironie pourrait être apportée. Par contre, je conviens que tout le monde n'est pas adepte de cela. Du coup, ce n'est pas forcément à faire avec toutes les équipes.

Je ne ferais pas le coup de la salle qui n'a aucun défaut donc trop lisse et qui pour ça parait trop bien cadrée, trop bien rangée, trop bien pensée. C'est vrai qu'on sent qu'il y a une marche à suivre réglée comme du papier à musique ou une calculette Casio Fx-92. Mais on passe un très bon moment à suivre cette aventure historico-spatio-temporelle. Et n'est-ce pas le propre de chaque escape game: vivre une histoire imaginée par d'autres!

Bon du coup, après ce pavé (oui avouez vous n'avez jamais lu un article d'escape game aussi long, tiens je ne vous avais pas parlé de cette autre déformation de toujours trop parler ou toujours trop écrire!), vous l'avez certainement compris j'ai beaucoup aimé cette salle. Mais ça vous l'aviez compris dès l'introduction normalement.  Suivent donc en quelques mots ce que j'aurais pu écrire pour simplifier l'exercice au lieu de vous faire un roman: joli lieu, accueil convivial, bon décor, immersion totale, scenario intelligent, grande cohérence entre les énigmes et l'histoire = un excellent moment. Une salle à faire pour tous les amateurs d'escape games avec des concepts jusqu’au-boutisme.

N'étant pas adepte d'un classement chiffré, puisque pour moi il faut comparer ce qui est comparable. Là c'est l'obsession de la statisticienne qui parle. Difficile donc de comparer des salles avec des thèmes différents. Je n’attribuerai pas de note. Par contre, je peux tout à fait rendre compte de mon ressenti, de mon plaisir que j'ai à jouer certaines salles. Celle-ci fait partie des salles où j'ai beaucoup aimé joué.

Comme une partie d'escape game ne se joue pas en (Han) solo, vous pouvez retrouver les avis des autres joueurs, ainsi qu'une infographie que résume la salle et notre ressenti.

Avis d'Agathe:
Le passage est une expérience surprenante : la machine recèle d’énigmes, et la technologie est savamment utilisée. On a l’impression de participer à l’Histoire avec un grand H, et elle vous tiendra en haleine jusqu’à la fin! Hâte de découvrir les autres secrets que dissimulent le Passage...

Avis de Marion:
Le passage invite à une véritable expérience qui ne s’est encore jamais vue dans un escape game à Bordeaux. Entre surprise, fait historique et un décor réaliste, l’immersion est totale.




J'espère que ce premier article sur Escape Gamer and Master vous a plu. Pour plus de précisions sur ce qu'ont voulu créer Stéphane et Quentin avec Le Passage; je vous invite à suivre régulièrement ce blog puisqu'une interview sortira dans les prochains jours. 


La lettre d'Einstein
70 minutes
de 3 à 5 joueurs
de 29€ à 22€
réduction pour les étudiants

Offre d'ouverture -20% jusqu'au 31 juillet
REDUC20

LE PASSAGE
Tram A / C : Porte de Bourgogne
Bus 24 : Porte de Bourgogne

Ouvert du Mardi au Dimanche
De 10h45 à 23h 


Site internet/ Facebook

Connaissez-vous cet établissement? Et cette salle La lettre d'Einstein? Est-ce un thème qui vous intéresse? 

PS: article écrit avec beaucoup trop de références cinématographiques!